L'Égypte à Paris :

L'Obélisque de la place de la Concorde

Position : Place de la Concorde (8e arrt de Paris)

Louis XVIII avait entamé puis abandonné les négociations en vue d'acquérir l'un des obélisques de Thoutmosis III appelés "aiguilles de Cléopâtre", l'autre ayant été offert au gouvernement britannique.

Le projet est repris par le roi Charles X qui charge le baron Taylor d'obtenir du Pacha d'Égypte Méhémet-Ali les deux obélisques de Louxor sur lesquels Jean-François Champollion avait fixé son choix. La démarche aboutit et les obélisques de granit rose d'Assouan datant du début du règne de Ramsès II sont offerts à la France en 1830.

Les bouleversements politiques liés à la révolution de juillet 1830 ne remirent pas en question ce don que le souverain d'Égypte confirma en novembre 1830 par l'intermédiaire de son ministre Boghoz Joussouf.

Jugé en meilleur état malgré la fissure qui sillonne partiellement deux de ses faces, l'obélisque situé à droite de l'entrée du temple fut le seul à être transporté à Paris. Le socle est laissé à Louxor contre l'avis de Champollion qui souhaitait que le monument soit présenté tel que le voyaient les anciens Égyptiens.

Le deuxième obélisque a été rendu à l'Égypte par le président François Mitterrand le 26 septembre 1981.

Obélisque de Ramsès II à Louxor

L'obélisque de Ramsès II devant le temple de Louxor.
Au premier plan, le socle vide de l'obélisque de la Concorde.


Le groupe de cynocéphales, adorateurs du soleil, de la face ouest du socle fut jugé impudique par Louis-Philippe. Il ne sera jamais exposé sur la place de la Concorde et fait maintenant partie des collections égyptiennes du Musée du Louvre.

Socle de l'obélisque de Ramsès II à Louxor
Les babouins adorateurs du soleil ornant le socle de l'obélisque de Ramsès II à Louxor
Socle de l'obélisque de la Concorde au Musée du Louvre
Les babouins du socle de l'obélisque de la Concorde au Musée du Louvre


En octobre 1831, le monolithe est enfermé dans un coffrage de bois puis abattu quelques jours plus tard. Il est acheminé vers Le Louxor, un trois-mâts à fond plat conçu pour l'occasion qui devra attendre la crue du Nil pour enfin appareiller le 25 août 1832.
En Méditerranée, le bateau est remorqué par Le Sphinx, navire mixte à voile et à vapeur. Il arrive à Toulon en mai 1833 et à Paris le 23 décembre de la même année.

Obélisque de la Concorde, socle côté Madeleine

L'obélisque descendu de sa base en Égypte et embarqué pour la France sur le navire le Louqsor.


L'ancienne place Louis XV débarrassée de ses statues royales et rebaptisée place de la Révolution en 1792 fut le théâtre sanglant de la Révolution avec l'installation de la guillotine. À la fin de la Terreur, le gouvernement lui donna le nom de place de la Concorde. Soucieux d'en finir avec les polémiques nationales liées à la forte valeur symbolique de la place, Louis-Philippe Ier choisit d'y dresser l'obélisque de Louxor dont la forme neutre ne rappelait aucun événement politique.

L'obélisque est érigé en présence du roi et de la famille royale le 25 octobre 1836 sur un socle réalisé par l'architecte Hittorff. Cette délicate entreprise est menée sous la direction de l'ingénieur Apollinaire Lebas qui s'était déjà chargé de l'abattage et du transport du monolithe.
Notons que personne ne se préoccupa de conserver l'orientation originale du monument.

Obélisque de la Concorde, socle côté Assemblée Nationale

Halage, virement et érection de l'obélisque à Paris


Obélisque de la Concorde, socle côté Tuileries
Ludovicus Philippus I - Francorum Rex - Ut Antiquissimum Artis Aegyptiacæ Opus - Idemque - Recentis Gloriæ ad Nilum Armis Partæ - Insigne monumentum - Franciæ ab ipsa Aegypto donatum - Posteritati prorogaret - obeliscum - Die XXV AUG. A.M.D. CCC. XXX. II - Thebis hecatompylis avectum - Navia ad id constructa - Intra menses XIII in Galliam perductum - Erigendum curauit - Die XXV. Octob. A. M. DCCC. XXX. VI - Anno Regni Septimo
Le 25 octobre 1836, la septième année de son règne, Louis Philippe Ier roi des Français, a fait dresser cet obélisque emporté de Thèbes aux cent portes le 25 août 1832, par un navire construit à cet effet, et rapporté en France en 13 mois, pour transmettre à la postérité un ouvrage très ancien de l'art égyptien, et tout autant, illustre témoin d'une gloire récemment acquise par les armes sur les bords du Nil donné à la France par l'Égypte elle-même.


Obélisque de la Concorde, socle côté Champs Élysées

En présence du roi Louis Philippe Ier cet obélisque transporté de Louxor en France a été dressé sur ce piedestal par M. Lebas, ingénieur, aux aplaudissements du peuple immense le 25 octobre 1836.


Sous le pyramidion, Ramsès II est représenté agenouillé, faisant une offrande à Amon-Rê.

Le texte se répartit sur trois colonnes de hiéroglyphes dont la partie centrale est gravée plus profondément que les deux autres. Il s'agit, pour reprendre les propos de Jean-François Champollion dans une lettre qu'il adresse à son frère le 25 mars 1829, de "dédicaces plus ou moins fastueuses".

Obélisque de la Concorde, côté Madeleine

La face de l'obélisque côté Madeleine : côté nord à Paris mais côté est à Louxor.


Obélisque de la Concorde, côté Tuileries

La face de l'obélisque côté Tuileries : côté est à Paris mais côté sud à Louxor.


Obélisque de la Concorde, côté Assemblée Nationale

La face de l'obélisque côté Seine : côté sud à Paris mais côté ouest à Louxor.


Obélisque de la Concorde, côté Champs Élysées

La face de l'obélisque côté Champs-Élysées : côté ouest à Paris mais côté nord à Louxor.


Le pyramidion de bronze et de feuille d'or, haut de 3,5 mètres, a été ajouté en mai 1998.

Obélisque de la Concorde, vue d'ensemble

L'obélisque de Ramsès II sur la place de la Concorde à Paris



Photographies : Corinne Smeesters, septembre 2006 (Louxor) et février 2007 (Paris).

Sources :
- Jean-Marcel Humbert, L'Égypte à Paris. Paris, Action Artistique de la Ville de Paris, Collection "Paris et son Patrimoine", 1998.
- Catherine Chadefaud, L'Obélisque : de Louqsor à la Concorde dans L'Égypte ancienne, Paris, Seuil, 1996, pp 237-241.
- Textes hiéroglyphiques et traduction sur le site Les Amis de l'Égypte ancienne.

Pour en savoir plus :
- Bernadette Menu, l'Obélisque de la Concorde. Éditions du Lunx, 1987.
- Nicolas Saint-Amand, Essai historique sur l'obélisque de Louqsor. Dondey-Dupre, 1850.
- Robert Solé, Le grand voyage de l'obélisque. Seuil, 2006.

Suite de la visite

Retour à la page L'Égypte à Paris

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente