La Naissance d'Horus

Grâce à sa magie, Isis réussit à ramener un moment le corps de son époux à la vie. De cette union posthume naîtra Horus l'enfant. Isis se réfugie avec son nouveau-né et le cercueil d'Osiris dans les marais du Delta à Chemmis.

Tonnerre et éclair - les dieux ont peur. Isis veille, enceinte, chargée de la semence de son frère Osiris. Elle se lève, la femme abandonnée, son cœur se réjouissant de la semence de son frère Osiris. Elle dit " 0 Dieu, je suis Isis, la sœur d'Osiris, celle qui verse des larmes pour le père des dieux, Osiris, celui qui fut le juge (au temps) des troubles du Double Pays. (Maintenant) sa semence est à l'intérieur de mon corps. J'ai assemblé la forme d'un dieu dedans un œuf, tel le fils de celui qui préside à l'Ennéade; il régentera ce pays, il succédera à Geb, il parlera pour son père et massacrera Seth, l'ennemi de son père Osiris. Venez dieux ! Assurez sa protection en mon sein! Connaissez en vos cœurs qu'il est bien votre maître, cette divinité qui est encore dedans son œuf bleu en son aspect, seigneur des dieux, plus grand et plus beau qu'eux, agitant ses deux plumes de lapis-lazuli."
- " Ah! " dit Rê-Atoum, "que ton fils soit satisfait, ô femme! Mais comment sais-tu qu'il s'agit bien d'un dieu, d'un maître, héritier des dieux primordiaux, alors que tu agis à l'intérieur d'un œuf ?"
- " Je suis Isis, efficiente et sacrée plus que les autres divinités. Un dieu est à l'intérieur de mon corps, il est la semence d'Osiris."
Alors Rê-Atoum dit : "Tu as conçu en te cachant cet enfant que tu portes (mais) tu accoucheras auprès des dieux, car Il est la semence d'Osiris. Que ne vienne pas l'être hostile qui a tué son père, afin de briser l'œuf en sa jeunesse! Qu'il redoute le dieu à la grande magie !"
" Ecoutez cela, ô dieux ", dit Isis. "Rê-Atoum, le seigneur du château des faucons, a parlé. A mon intention, il a ordonné que mon fils soit protégé à l'intérieur de mon corps; il a assemblé une garde autour de lui en mon sein, car il sait qu'il s'agit bien de l'héritier d'Osiris. La protection du faucon qui est moi est assurée par Rê-Atoum, le maître des dieux.
Viens, sors sur la terre afin que je t'acclame et te loue, afin que les compagnons de ton père Osiris te suivent. J'établirai ton nom après que tu auras atteint l'horizon, ayant franchi les murailles du dieu au nom caché. Une force sort de l'intérieur de ma chair, après qu'une puissance ait attaqué mon sein; la puissance atteint sa pleine vigueur, lorsque le Lumineux commence son voyage . Il (Horus) établit lui-même son siège, s'asseyant à la tête des dieux, dans le Collège du Démembré (Osiris), 0 mon fils Horus, installe-toi donc en ce pays pour ton père Osiris en ce tien nom de Faucon qui est sur les murailles du château du dieu au nom caché. Je demande que tu demeures dans la suite de Rê-Horakhty, à la proue de la barque du Primordial, pour le temps éternel et le temps infini."
Isis descend vers Celui qui est démembré, amenant Horus, afin de demander qu'il demeure aussi avec lui, telle une image divine pour le temps éternel.
- "Contemplez donc Horus, ô vous les dieux !"
- "Je suis Horus, le grand faucon qui est dans les murailles du château du dieu au nom caché. Mon essor a atteint l'horizon, je me suis éloigné des dieux du ciel et j'ai rendu ma place plus éminente que celle des Primordiaux. Même le dieu laaou ne peut atteindre mon premier envol. Ma place est loin de (celle de) Seth, l'ennemi de mon père Osiris. J'ai conquis les chemins du temps éternel et de la lumière. je m'élève grâce à mon essor. Aucun (autre) dieu ne peut accomplir ce que J'ai accompli. Je vais partir en guerre contre l'ennemi de mon père Osiris, je le placerai sous mes sandales en mon nom de Furieux. Car je suis Horus, qu'Isis a mis au monde et dont la protection a été assurée alors qu'il était à l'intérieur de l'œuf. L'haleine ardente de votre bouche ne peut me blesser, pas plus que ne peut m'atteindre ce que vous dites à mon encontre. Je suis Horus, dont la place est loin des dieux et des hommes. Je suis Horus, le fils d'Isis."
Extrait des Textes des Sarcophages.
Traduction de Claire Lalouette, Textes sacrés et textes profanes de l'ancienne Égypte.


Fermer la fenêtre Imprimez la page Retour à la page précédente